Parachutiste S.A.S Belge dit : Bob le Para (2)

 

belgique1-2.gifAprès la capitulation de la Belgique justifie le gouvernement belge de Londres un appel à la mobilisation générale de tous les Belges qui ont l'âge de conscription. Un camp de transit appelé «La Joliette» au Québec, au Canada, a fondé une filiale belge à collecter. Retour ensuite pris la fuite parce que beaucoup de Belges pour inclure le Canada et l'Amérique à des endroits plus sûrs pour regarder. Les hommes qui ont rejoint le camp de transit de rapport sont en fait une grande diversité de langues, des mentalités et des habitudes. Eddy, qui, en 1938, a été promu au grade de lieutenant, est actuellement au Canada. Non pas parce qu'il a fui en Belgique, mais il a étudié le droit à l'University Dental School à Chicago. Il interrompt ses études pour se connecter à «La Joliette». La division belge au Canada, qui est fondamentalement juste une bonne compagnie grande, quelques semaines après avoir reçu une formation militaire au Canada le mandat d'embarquement vers la Grande-Bretagne. Une fois débarqué ya un problème avec les hommes, ces gars-là viennent de différentes régions, et certains ne parlent pas français ou le néerlandais. Cela pourrait causer des problèmes quand ces gars veulent intégrer les forces armées belges en Grande-Bretagne. Par conséquent, nous avons décidé que ces gars-là, avec ces détachements à travers l'Atlantique, formeront un bataillon séparé.L'unité du lieutenantBlondeel forme le angie A-comp de la Fuseliersbataljon 2e et s'installe à Malvern. C'est ici, à Malvern, que le lieutenant. Blondeel, à l'été 1941, plus tard, son compagnon et ami le lieutenant. Georges Danloy onmoet. Danloy était à cette époque commandant d'une compagnie de la Fuseliersbataljon premier. Fin de '41 étaient tous deux officiers promus au grade de capitaine. Pendant plusieurs mois, ont échangé des manœuvres lui-même avec «la formation des soldats". Mais même sous la tente moral des troupes pour maintenir autant que possible d'apporter des variations, mais la formation devient monotone. Blondeel apprendre à ce moment que une vingtaine d'hommes de la 1ère Fuseliersbataljon 11 janv. '42, à Ringway, l'éducation commence à Parachutiste. Huit de ces hommes peut s'étendre à partir du 17 Janvier appel les «premiers parachutistes belges certifiés. Voici les noms de ces pionniers dans un ordre aléatoire: Soldier R.Pietquin-Soldat C. Barette-Soldat Budts-Verelst Soldier- Lesage Caporal 
Caporal P. Pus - Sergent B. Schils - M. le lieutenant- Lecle

                                    sas-1.jpg

ordre-bataille-dec-1944-1.jpg ordre-bataille-dec-1944-2.jpg

                           aviation-deurne-1-1.jpg 

                  aviation-deurne-2-sas-1.jpg

        Text 5

bob.jpg img-1907.jpg parachutiste-a-etterbeek-7.jpg

dague.gif SAS a Tervuren stationné à Tervuren octobre  1944 Caserne des deux lions a Tervuren le Régiment Parachutiste SAS commence directement l'entraînement Un Centre d'Entraînement est ouvert à Westmalle en août 1945. Il y fonctionne jusqu'au 31 mars 1946, puis est transféré à Poulseur. Il ferme définitivement le 15 octobre 1948. Ce même jour, le Régiment Parachutiste SAS quitte Tervuren et s'installe à Leopoldsburg. Il y reste jusqu'en 1953, année au cours de laquelle il est transféré à Diest. L'escadron de reconnaissance est, à l'issue de la Seconde Guerre mondiale, l'épine dorsale du 1° Bataillon Para. Ce bataillon porte le béret lie-de-vin ainsi que l'écusson du Special Air Service, hérités de ses prédécesseurs de la Seconde Guerre mondiale.

               parachutiste-a-etterbeek-1.jpg

dague.gif1946 La caserne des Deux Lions à Tervuren reçoit l’appellation de Quartier Limbosch . Limbosch est mort en opération en 1944

dague.gifAvril 1946 Nouveau centre de formation SAS est inauguré à Poulseur et plus tard ( Dinant - Bredene )

                             094-camp-poulseur.jpg 

                                     018-1-camp-dinant.jpg               

                                    090-camp-bredene.jpg

           

Text 5

parachutiste-a-etterbeek-4.jpg parachutiste-a-etterbeek-3.jpg

parachutiste-a-etterbeek-5.jpg parachutiste-a-etterbeek-6.jpg

                          parachutiste-a-etterbeek-9.jpg

             parachutiste-a-etterbeek-10.jpg

   parachutiste-a-etterbeek-17.jpg

                                            Clique sur les images pour agrandir

parachutiste-a-etterbeek-14.jpg parachutiste-a-etterbeek-16.jpg

parachutiste-a-etterbeek-18.jpg parachutiste-a-etterbeek-19.jpg

                          gifs-animes-vehicules-42.gif

            parachutiste-a-etterbeek-21.jpg

                                                           parachutiste-a-etterbeek-23.jpg 

22-octobre 1946-a-bruxelles-le-prince-regent-remettait-au-lT colonel blondeel-etendard-du-regiment-parachutistes22 octobre 1946,à Bruxelles,le Prince Régent remettait au lieutenant-colonel Blondeel (info Lt. Colonel Blondeel) l’étendard du Régiment Parachutistes. e Special Forces Group reprendra les traditions du Régiment de Parachutistes, suite à la dissolution du 1 Bataillon de Parachutistes  et aura l'honneur de veiller sur l'étendard Confié à sa garde.Il porte dans ses plis les inscriptions suivantes :Normandie Belgique Ardennes Emden Oldenburg L’étendard porte la fourragère de l’ordre de Léopold et la croix de guerre française

alpha_002.gifob Schils deviendra de 1947 à 1957 Un des piliers de l’entraînement parachutiste à Schaffen ( R.S.M.) 

                    Instructeur de survie à Kamina-Congo de 1957 à 1960

afrique-274.jpg 28-1.jpg 012-camp-kitona-modifie.jpg

                           Départ Congo                                   Base Kitona

 bob-le-para-1957-9.jpg bob-le-para-1957-8.jpg bob-le-para-1957-10.jpg

          Text 5

a-kamina.jpg b-kamina.jpg

bob-le-para-1957-13.jpg

tervuren.jpg

 18.jpg 077-1-robertville-rappel.jpg

 29-sept-54.jpg img-1904.jpg

bob-le-para-kamina-34.jpg  bob-le-para-belgique-10.jpg

bob-le-para-belgique-34.jpg bob-le-para-belgique-33.jpg

 dague.gifil sera mon proche collaborateur à Marche-Les-Dames.  Il faut insister sur le fait que Bob Schils acquit son brevet à Commando à l’âge de 43 ans au moment  ou  en 1963 des jeunes officiers parachutistes refusaient par principe ou pour d’autres raisons de se soumettre à cette épreuve commando de quatre semaines théoriquement obligatoire au sein du régiment Para-Commando.

dague.gifAprès avoir obtenu leur qualification dans l’armée britannique, ceux-ci constituent le premier cadre de l’école, sous les ordres du Capitaine Van der Heyden et de ses adjoints, les lieutenants Williot et Van der Mensbrugghe. Les neuf moniteurs de saut formés à Upper-Heyford, B.Schils, E. Champion, E. Scholliers, B. Cruybeke, F. Vanderperre et H. Williot se voient attibuer le brevet de dispatcher dans l’ordre de 1 à 9 (cours 37 DI). Tout ce petit monde se retrouve à Schaffen début mai et se met à l’œuvre pour préparer les premiers cours. Dans l’organisation initiale, nous retrouvons  une section « Training », une section « Parachute » et une section « Ballon ». Le matériel commandé en Angleterre est réceptionné ; certains hangars sont aménagés, des agrès sont construits pour enseigner les techniques de sortie d’avion et de ballon, de descente et d’atterrissage.

15-oct-63-brevet-parachutiste.jpg bob-le-para.jpg 20-juin-62-brevet-para.jpg

                    Text 5

bob-shils-parachutiste-3.jpg bob-shils-parachutiste-6.jpg

                                                                   

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site