Detmold 26 juin 1963

Text 5

1ste-sgtmajoor-willy-fauconnier-1.jpg 1ste-sgtmajoor-edmont-chabot-1.jpg 1ste-sgtmajoor-jacques-mahieu-1.jpg

  1er Sgt Major Willy Fauconnier 1er Sgt Major Edmont Chabot 1e Sgt-Majoor Jacques Mathieu

Detmold 26 Juin 1963 : Est marqué par un grave accident d’aviation dans lequel périront vingt-neuf para-commandos du 1 Para, trois dispatchers du CEPchage, un adjudant de l’Armée Nationale Con­golaise et cinq membres de l’équipage appartenant au 15e Wing de Trans­port et de Communication

Je me suis permis de mettre un extrait du texte tiré du livre Bérets rouge Béret vert ( E GNOT)  a fin de vous le faire partager : Les Belges y sont admis dans le cadre d'accords de l'OTAN. «Otterburn Training Area» se situe dans les monts Cheviot. au nord de l'Angleterre, aux portes de l'Ecosse. L'endroit était déjà fréquenté par les Romains. Des vestiges de camps, des ruines attes­tent leur présence. La plaine se présente sous forme de collines herbeuses entrecoupées de profondes vallées où. Par-ci par-là. Sont plantés un bois ou quelques arbres isolés. La région est couverte de marécages mais que vienne une période sèche, ce qui n'est pas fréquent, et le pays se transforme en véritable steppe qui, au cours des tirs, peut devenir rapidement la proie des flammes... Le climat est très humide, les températures y sont souvent basses et le vent vif. Quelques rudes fermiers pratiquent l'élevage, ils sont, avec les militaires et les quelques milliers de moutons, les seuls habitants de ce pays peu hospitalier. Quoi qu'il en soit, ces obstacles naturels n'ont pas empêché les Anglais d'y installer le plus réaliste des terrains d’entraînement au combat qui puisse exister en Europe. Pour les fusiliers para commandos qui en général y séjournent deux semaines, les exercices sont de trois types  défensif, offensif et instinctif -. Le réalisme des évolutions de pelotons ou compagnies avec tirs réels affine à la fois la valeur tactique et la cohésion des groupes. Les paras commandos apprennent à utiliser des munitions réelles au cours d’évolutions, à travailler ensemble et à acquérir une confiance mutuelle.Les unités d’appui - le peloton mortier 4"2, les pelotons de la Compagnie ATK, les sections Recce - y trouvent également la pos­sibilité de s’entraîner, soit dans des stands conçus spécialement pour elles, soit en appui du bataillon.

dague.gif Ce jour-là : La 13e Compagnie du 1 Para devait participer à la plaine manœuvre «Lance One» des Troupes de Couverture du 1 (BE) Corps en RFA et effectuer un saut sur deux DZ au sud de Geseke. A Melsbroek, les Paras Commandos restent un certain temps en «Stand By»  dans un hangar du champ d'aviation. Les pilotes attendent des précisions sur la météo des deux endroits de parachu­tage, mais les prévisions ne sont pas très optimistes...

 detmold-1-3.jpg detmold-2-3.jpg

dague.gif Finalement, les quatre C 119 décollent et mettent le cap sur la région de Gütersloh et Paderborn. Après une bonne vingtaine de minutes de vol, dans le quatrième avion, piloté par le lieutenant-colonel H. Kreps et où je me trouve, le dispatcher n° 1, le premier sergent-major W. Fau­connier qui se trouve à l'interphone donne l'ordre «Préparé for Action» (2). Il est alors ll h45, le vol nous paraît long, de plus il fait très chaud dans la carlingue. Dans la cabine de pilotage, le radio parvient à contacter les équipes DZ qui lui signalent que la limite de vitesse du vent est dépassée et que le saut est «cancelled» (Supprimé)

detmold-6-1.jpg detmold-3-3.jpg

dague.gif La formation des quatre C-119 se trouve alors dans les environs1 de Dortmund. Kreps demande l’autorisation au contrôle aérien de Hanovre de pouvoir se diriger vers la base anglaise de Gtitersloh. Parvenu à une vingtaine de kilomètres de la piste, il passe sur la fréquence radar de la base et suit les indications de celle-ci. L’avion commence son approche, descend de l’altitude 7.000 à 3.000 pieds et s’engage au-dessus du champ de tir de Sennelager où des unités anglaises effectuent des tirs mortiers 3”. Entre-temps, Fauconnier a été mis au courant de la décision et a donné l’ordre d’attacher les ceintures de sécurité pour l’atterrissage. Il est alors 12h05 C’est alors que la catastrophe se déclenche!

detmold-1-2.jpg detmold-2-2.jpg

dague.gifUn obus mortier, dans sa trajectoire, touche le C-119 à l’aile droite, à hauteur d’un réservoir de carburant. Immédiatement l’essence prend feu et, en quelques secondes, tout le côté «stardboard» k droit - est la proie des flammes. Celles-ci rentrent par certains hublots brûlant le para­chute des hommes assis de ce côté-là. Le premier sergent-major E. Chabot, se rendant compte de la situation, essaie d’ouvrir la porte de ce côté, mais il n’y parvient pas, il se retourne ensuite vers l’autre porte, au côté «Port» qu’il parvient à ouvrir... et hurle «Dehors  Il empoigne le premier passager qui lui tombe sous la main, le milicien M. Grosser, et le jette dehors. Au fur et à mesure que les hommes parviennent à se libérer de leur ceinture de sécurité, Chabot les empoigne et les fait sauter. Me trouvant placé assez près de cette porte, je saute à mon tour!

    military military militarymilitary  military   military    militarymilitarymilitary

                        9 parachutistes réussissent ainsi à quitter l’avion en flammes ! flammes2.gif

detmold-3-2.jpg detmold-5-1.jpg

dague.gif Le lieutenant-colonel Kreps s’efforce de maintenir l’avion en ligné de vol aussi longtemps qu’il le peut. Mais, tout à coup, le C-119 embrasé dans une énorme boule de feu bascule sur l’aile et pert rapidement de l’altitude. A partir de ce moment, plus personne ne quittera l’appareil qui ira s’écraser à Detmold, situé à quatre kilomètres du champ de tir. Les survivants, l’adjudant candidat officier de réserve G. Doneux, M. Grosser, F. Lacassagne, G. Collard, M. Crabs, V. Denis, J. Jadot, R. Van Tieghem et moi-même, lorsque nous touchons le sol, nous nous efforçons tant bien que mal de nous regrouper. Doneux et Collard sont rapidement sur les lieux de la tragédie; la carcasse  du C-119 brûle, l’explosion d’une cartouche ou d’un thunderflash au milieu des débris fait cruellement comprendre aux survivants que leurs camarades sont sans doute morts».

 c119dganim.gif military military military military

dague.gifEt quand on songe que Chabot était à la porte et qu’il avait la possibilité de se sauver, on réalise la grandeur d’âme et l’héroïsme de ce sous-officier qui a tout fait pour sauver un maximum de para commandos dont Il avait la responsabilité.

 detmold6-1.jpg detmold-4-2.jpg

dague.gifLe deuil dans lequel le Régiment Para Commando est plongé résulte d’un dramatique concours de circonstances. Au moment où le lieutenant-colonel Kreps contacte le contrôle aérien de Hanovre et est pris en charge par le radar de la base de Gütersloh, personne au sol ne pense que l’avion va inévitablement survoler le champ de tir de Sennelager vers midi. Les militaires britanniques qui s’exercent au tir de mortier 3” ont reçu l’ordre d’interrompre leurs tirs à 12h00. Seulement, une section s’aperçoit à cette heure qu’il lui reste encore trois bombes et décide de les tirer. C’est hélas l’une de celles-ci qui touche le C-119 à l’endroit le plus vulnérable de l’appareil, le réservoir  carburant. C’est d’ailleurs ce qui explique la rapidité avec laquelle le feu s’est propagé. Le nombre de victimes aurait encore été plus élevé si le dispatcher Chabot n’avait eu la présence d’esprit d’ouvrir une porte et de pousser plusieurs militaires dehors.

detmold-4-3.jpg detmold-7-1.jpg

detmold-1963-para-belge-1.jpg detmold-1963-para-belge-2.jpg

dague.gifAprès ils sont  ils se sont dirigés à l’endroit où le C-119 était tombé. Mais le squelette enflammé de l’avion et les petites explosions de munitions et de pétards fait clair pour eux que leurs camarades ne reverraient plus jamais.

                                                            detmold-1963-para-belge-3.jpg 

          detmold-1963-para-belge-4.jpg

detmold-1963-para-belge-6.jpgdetmold-1963-para-belge-5.jpg

                                            Les rescapés ont atterri a Bruxelles

detmold-21-1.jpg

Une partie des victimes seront enterrées au Centre d’Entraînement de Parachutage de Schaffen. Le Régiment érigera, au centre de la pelouse d’honneur du petit cimetière, une grande croix en béton à la mémoire des malheureuses victimes.

detmold-2.jpg detmold-1.jpg 

detmold-5.jpg detmold-11.jpg 

detmold-6.jpg detmold-7.jpg 

                                                    detmold-8.jpg 

detmold-4.jpg detmold-3.jpg

           Text 5

dague.gifSont morts à Detmold le 26 juin 1963 : Lieutenant André Goujon Sergent Jean Bernet Sergent André Rossius Sergent Victor Segnana Sergent Charles Van Ackere Parachutistes Michel Bastin Michel Bomblet Jean-Louis Breban Thierrry Calbrecht Richard Dellis Armand Godin Joseph Keuter François Lavigne Christion Losson Jacques Masser Y van Massy Jacques Meskens Louis Mousty Joseph Peyralbe Jean-Claude Praet Alphonse Smàrs Freddy Steurbaut Hugo Van Dessel Michel Van Snick Franz Warnant Fernand Wautier Jean Wrona Michel Wuidart Michel Wuilpart, du 1 Para

dague.gif1er sergent-major Edmond Chabot - 1er sergent-major Willy Fauconnier - 1er sergent-major Jacques Mahieu, du CE Pchage - Adjudant Lihau, de l’armée nationale congolaise - Lieutenant-colonel Herman Kreps- Adjudant-chef Jacques Quets- Adjudant Henri Vermeesen  Adjudant Jozef Vuegen 1er sergent-major Gilbert Zwanepoel, de la Force aérienne belge.   

                                  detmold-10.jpg

dague.gifLa Roi ( Bauduin )  accompa­gné de Ch. Poswik, ministre de la Défense et du major P. Despreoins , comman­dant le CE Pchage , se rend au cimetière des victimes de Detold lors de sa vi­site au CE Pchage an 1966 .

dague.gifBonjour Marc, Tu trouveras ci-joint quelques documents sur la catastrophe de Detmold. De 1 à 5 : un article qui relate les faits avec qq.photos et le recit de mon amis Marc Crabs, lui aussi rescapé, qui fais partie de manière active de l'amicale et avec qui je suis en relation constante puisque c'étais déjàs un amis avant notre service militaire. 6 & 7 sont des photocopies des fiches des stick port  et starboard de l'avion qui s'est écrasé. Les noms précédés d'une croix sont les rescapés de cette tragédie. Bien à toi.  Roger. Roger Van Tieghem Brancart Bonjour Marc, je repond à ta demande, J'ai fais mon service militaire à Diest au 1 bon para, 13ème compagnie en 62/63. Je suis aussi un des 9 rescapés de la catastrophe de Detmold (26/06/1963) J'étais aussi moniteur OA et OR à temploux et champion de Belgique de figures à quatre en 1975.A bientôt.               

                  detmold-8-1.jpg

                                     image004-1.jpg

detmold-10.jpg   detmold-12.jpg

 detmold-9.jpg detmold-monument-chabot-1.jpg

dague.gif Une Plaque commémorative ainsi qu’un morceau de la carlingue de l’avion ont été placés au cimetière de Lorette à Visé. A chaque date anniversaire, l’amicale des para-commandos  vient la fleurir, en souvenir de leurs compagnons décédés en service commandé.   

 detmold-vise.jpg detmold.jpg

                                                                                                          20 Ans après

Hélas, un peu plus de deux ans après la catastrophe de Detmold, un second accident de C-119 occasionne la perte de trois  para-comandos.

Le 22 octobre 1965, le premier sergent-major Berwaerts, le sergent J. Steemans et le soldat milicien D. Feller, tous trois appartenant au peloton « Rav Air » du Centre d’Entraînement de Parachutage, devaient larguer des fûts d’essence pour les besoins d’un exercice du 1 (BE) Corps en RFA, A proximité de la zone de parachutage, pendant la manœuvre d’approche, l’appareil percute une colline près de Hofgeismar. L’équi­page et les trois largueurs périssent dans l’accident.

 

 

 

                                  

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site